Noël approche …

Eh oui Noël c’est désormais dans moins d’un mois ! Et qui dit Noël dit partage, famille, convivialité mais aussi parfois, cadeaux ! Nous sommes là pour vous faciliter la vie en réalisant tous vos papiers cadeaux. Vous pouvez nous retrouver au Décathlon de Vélizy 2 tous les weekends jusqu’à Noël ! C’est pour nous une occasion de vous présenter notre projet, tout en réalisant de beaux emballages cadeaux !

Nous tenons à remercier les très généreux donateurs qui nous permettent de faire avancer notre projet de jour en jour, chaque don est une rencontre, une occasion de partager avec vous et de rendre notre projet réalisable, pour cela MERCI !

Nous espérons vous voir nombreux à l’approche des fêtes !

A très vite

Publicités

Nouvelle équipe Hap’Himalaya 2019

photo groupe 1

Namaste,

Il est temps de vous présenter la nouvelle équipe 2019. Nous sommes 7 étudiantes en 2ème année de médecine au Kremlin Bicêtre à avoir la chance de partir au Népal cet été afin de réaliser un projet humanitaire : Clémence (chef de projet), Hélène (trésorière), Louise (responsable de communication), Florie, Alexandra, Marie-Agathe et Enora.

Cela fait maintenant 4 ans que cette mission népalaise existe et nous sommes très fières de reprendre le flambeau. Ce projet s’est organisé autour de trois axes que nous allons en partie reprendre pour cette année :

Notre première mission sera d’apporter notre aide aux enfants du monastère de Phunstok Tcheuling. Placés sous la protection des moines, certains sont orphelins d’autres ont des parents qui n’ont pas les moyens financiers pour s’occuper d’eux. Notre but sera de leur apporter plus de confort par l’achat de vêtements, médicaments, livres scolaires. Nous leur donnerons également des cours (anglais, mathématiques, géographie) et nous assurerons des permanences à l’infirmerie.

Notre deuxième mission sera de donner l’opportunité à de jeunes filles népalaises de faire des études supérieures. Pour cela, nous leur offrirons des bourses d’études afin qu’elles puissent réaliser des études d’infirmières, sage-femme, management, …

L’année dernière le troisième axe était autour d’une reconstruction de temple dans le village de Rajabas. Cette année nous envisageons également de faire une mission de reconstruction. Pour cela nous allons contacter une association. Nous vous tiendrons informés de l’évolution de ce nouveau projet.

Notre nouvelle équipe est pleine d’énergie, nous avons pleins d’idées et de motivation pour remporter des fonds pour l’association : papiers cadeaux pendant la période de Noël, gouters à la sortie de la fac, opération bol de riz, course solidaire avec des collèges, brocantes et marchés, vente de pins …

Nous vous tiendrons informés de l’avancée de nos projets sur ce site ainsi que sur notre page Facebook hap’himalaya.

A très vite

L’équipe Hap’Himalaya 2019

Nouvelle équipe 2017

hqphimalaya

Bonjour à tous !

L’équipe Hap’himalaya 2015/2016 a passé le flambeau à une nouvelle team toute fraîche pour l’année 2016/2017. Celle-ci est très motivée pour continuer sur la lancée de leurs prédécesseurs et contribuer du mieux qu’elle peut à la réalisation d’un projet humanitaire qui leur ressemble.

Il est donc temps pour nous de se présenter :

Morgan.jpg

 

Morgan Herbaut, le chef de projet  qui se démène du mieux qu’il peut pour booster les troupes et réunir les idées de tout le monde, il réfléchit à ce qui est réalisable ou non et guide les membres du groupe.

camille

Camille Mauvisseau, la trésorière, elle est super organisée et très carrée. Elle est au courant de l’argent qui entre et l’argent qui sort (c’est mieux quand même pour une trésorière!). Elle s’occupera des subventions apportées par les villes.

jérome.PNG

Jérôme Achibet, celui qui a les pieds sur terre, il coordine un peu tout le monde et arrive à rester calme face à toutes les situations, si on a un doute ou une question, il a la solution. C’est également un négociateur de tous les instants.

 

Maéva.PNG

Maéva Galliou, s’occupe de la communication,instagram, twitter c’est son idée, elle prend des photos pour vous montrer comment se déroule nos actions et notre parcours pendant cette année, autant en France que lorsqu’on sera au Népal. Grâce à elle, vous pourrez être au courant de nos galères et de notre avancée en image!

aladin

 

 

Aladin Caussin, énergique comme jamais, a des contacts partout pour nous faire connaitre et communiquer notre projet au plus grand nombre. Réalisation de vidéo ? pancarte ? flyers ? on peut compter sur lui c’est un pro !

 

airbnb-copie

Paola Pettini, gère les associations, son rôle est donc de communiquer avec les associations que nous souhaitons aider. Elle est très motivée pour agir en faveur de la cause des femmes au Népal ainsi que pour aider les victimes du tremblement de terre. Vous serez bien sur informés du projet qui va finalement se concrétiser !

Notre nouvelle équipe va tout faire pour assurer la pérennité du projet de l’année passée. Nous sommes remplis d’énergie pour monter un projet dans l’esprit de ce qui a déjà été fait tout en y ajoutant notre petite touche ! Nous avons hâte de vous tenir informé de notre avancée !

A bientôt,

La team Hap’himalaya 2017 !

Un regard en arrière

14125722_10205144532011649_1886772918658805772_o img_1826 img_1838 14656426_513827248821482_7634609545845542051_n

NAMASTEEE !!

Cela fait maintenant plus d’un mois que nous sommes rentrés de notre périple au Népal, et nous avons pensé que le moment était venu de vous faire un petit récapitulatif de notre mission.

Nous sommes arrivés à Katmandu le 18 juillet dans la nuit, après dix-sept heures de voyage et une escale à Doha. Fourbus et fatigués, nous avons pris un taxi pour nous rendre au monastère PhunstokTcheuling, notre ultime destination. Ce bref trajet en taxi nous aura appris au moins deux choses : il n’y a jamais de ceintures à bord –si vous êtes chanceux et que vous tombez sur un taxi de luxe, vous aurez cependant une unique ceinture à l’avant pour le passager- et les chauffeurs peuvent confondre votre destination avec une autre, surtout si la destination en question est un monastère en plein cœur d’un quartier avec plein d’autres monastères identiques alentours.

Nous avons été accueillis très chaleureusement par GelekSamdup –le directeur de l’école- et par les moines adultes. La prise de contact avec les enfants a été assez rapide, et nous sommes parvenus à nous comprendre, malgré la barrière de la langue, par des signes de mains et des jeux. Ils sont de toute manière habitués à recevoir des étrangers, puisqu’Annick, la présidente de l’association Terre Pure avec laquelle nous collaborons, organise souvent des départs de volontaires français –si ça vous tente, le prochain départ est prévu pour fin octobre.

Au monastère, nos actions ont surtout été médicales. Les pathologies dont souffrent les enfants sont en majorité des infections cutanées (gale, teignes) ; mais ne possédant pas nous mêmes les connaissances nécessaires pour poser des diagnostics assurés, nous avons commencé par emmener plusieurs petits chez le médecin afin de leur acheter des médicaments. Tous les jours, nous avons assuré des permanences à l’infirmerie du monastère pour soigner les enfants de notre mieux. C’était toujours très amusant de les voir courir vers l’infirmerie et se pousser dans la queue pour passer en premier – en raison des coupures de courant, quotidiennes au Népal, nous avons été contraints d’assurer certaines de nos permanences à la lampe frontale. Les petits nous assistaient alors pour tenir les lampes ; ils étaient absolument ravis.

Nous avons aussi assuré tous les jours des cours d’Anglais pour tous les moines. Nous apprenions aux plus jeunes les animaux de la ferme, quand les grands (entre dix-huit et vingt-quatre ans) travaillaient l’histoire ou la géographie.

Après une dizaine de jours passés dans le confort du monastère, nous avons entamé la seconde partie de notre mission, en partenariat avec l’association népalaise DCWC. Nous avons donc roulé nos duvets, refermé nos sacs, et nous sommes partis pour Rajbas, un petit village de montagne à une centaine de kilomètres de Katmandu. Le trajet –qui devait initialement durer six heures- s’est avéré plus difficile que prévu en raison de la mousson ; le bus s’embourbait continuellement dans la terre, si bien que nous avons mis dix-huit heures pour arriver à bon port (dont la dernière heure consacrée à une petite marche nocturne sous une pluie diluvienne avec dix-huit kilos sur le dos).

La vie dans les villages s’est avérée plus reposante que celle au monastère, loin des klaxons et de l’agitation frénétique de Katmandu. Nous étions logés dans l’hôpital, et nous nous sommes immédiatement bien entendus avec le personnel médical –qui se limite en fait à deux médecins, cinq infirmières adorables et un pharmacien. Ayant une véritable Bretonne dans nos rangs (Elane), nous leur avons cuisiné de presque-véritables-crêpes bretonnes le dernier soir, dans leur petite cuisine –qui en fait n’a rien d’une cuisine, mais se trouve être l’endroit où ils font la cuisine tous les jours. Sur un feu de bois.

A Rajbas, nous avons aidé à la construction d’un petit temple –surtout les garçons en fait. Parce que porter des sacs de ciment de 50kg est une tâche dont le privilège revient tout entier à la gent masculine. Nous avons aussi participé au repiquage du riz avec les femmes du village et rangé l’hôpital construit par DCWC. Sur le plan médical, nous étions tous les matins à l’hôpital pour assister aux consultations ; et c’était toujours ahurissant de voir des patients arriver à l’hôpital après avoir marché pendant quatre heures dans la montagne.

Après une dizaine de jours sur place, nous sommes redescendus à Katmandu pour retrouver les enfants et le monastère, et surtout pour fêter l’anniversaire du GosokRinmpoche, le fondateur de l’école (il n’était pas là, bien sûr. Du coup on a pu manger sa part). A cette occasion, les enfants avaient quatre jours de vacances –c’est-à-dire qu’ils n’avaient pas cours et ne devaient pas s’habiller en tenue de moine- et nous en avons profité pour passer un maximum de temps et pour jouer avec eux. Toutes les bonnes choses ayant une fin, les vacances se sont terminées trop rapidement et les petits ont repris le chemin de leurs classes (et nous aussi).

En parallèle des cours que nous continuions à donner quotidiennement, nous avons aussilavé toutes les couvertures et tous les draps des enfantsavec l’aide de volontaires Taiwanais arrivés au monastère lorsque nous étions à Rajbas. Nous avons en outre financé l’achat de nouvelles couvertures, matelas, et contreplaqués pour les lits.

Concrètement, nous avons donné une partie de la somme que nous avions récoltée à DCWC. Nous avons demandé à ce que cet argent soit utilisé pour acheter des matériaux pour le petit temple –qui devrait être terminé d’ici l’an prochain- et pour des maisonnettes. Nous avons nous même utilisé une partie des dons pour emmener les enfants chez le médecin et pour des médicaments. Enfin, nous avons donné tout ce qui nous restait au monastère, pour que Terre Pure puisse acheter des fruits, des livres de cours et des vêtements chauds pour les enfants.

Nous avons vécu une expérience incroyable pendant ces cinq semaines au Népal. Nous avons eu le privilège immense de découvrir de l’intérieur ce pays et cette culture si particulière, en nous rendant par exemple dans un camp de réfugiés tibétains. Les Népalais sont tous très accueillants et généreux, et nous n’oublierons jamais les personnes que nous avons rencontrées.

Ce voyage n’aurait cependant jamais eu lieu sans vous, soutiens de la première heure, donateurs ou encore simples curieux. Tochiché (merci en tibétain) à tous.

Om Mani Padme Hung
Elane, Thibaut, Estelle, Martin, Alma et Elias.

La fin d’une mission ?

Namaaaaasté les amis !!

La journée d’hier était consacrée aux jeux avec les enfants. Football, basket, volley et autres jeux, et préparation de Momo (spécialité Népalaise) étaient au programme. Beaucoup de sourires sur les visages des petits moines. C’était une magnifique journée comme on les aime, passée avec des supers enfants débordant d’énergie.

Hier était également notre dernier jour au monastère. Ce jour marque la fin de notre projet ici, au Népal.
Toute l’équipe Hap’Himalaya a vécu des expériences incroyables et recontré des personnes extraordinaires. Ces précieux instants passés à la fois au monastère mais aussi dans les villages resteront gravés dans nos mémoires et nos coeurs. Le Népal est désormais notre deuxième foyer.

Nous tenons à remercier infiniment tous les moines qui nous ont accueillis comme leurs frères et soeurs, ainsi que tous les villageois et tous les membres de l’hopital qui nous ont tous tant offert.

Merci à Annick de Terre Pure, qui a absolument tout organisé et mis en place pour que notre projet puisse se réaliser.

Et enfin merci à VOUS. Pour tous vos incroyables dons, pour votre implaquable soutien et votre intérêt inconditionnel pour notre projet et notre cause.

Et encore MILLE merci pour tout, de la part de toute l’équipe Hap’Himalaya.

À très bientôt,

L’équipe Hap’Himalaya.
(Dernier message avant notre retour en France)img_1805 img_1831 img_1841 img_1881

Une grande visite médicale

Bonsoir à tous ! Encore des nouvelles du front !

Ce matin, nous avons participé à la grande visite médicale de tous les moines : les petits comme les grands, organisée par nos homologues taïwanais présents au monastère actuellement.

Le recueil du poids, de la taille, un test d’acuité visuelle, un examen dentaire et médical ont été réalisés. Tous les moines ont donc pu être examinés, sous tous les angles, et référencés au sein d’un registre.

Se faire comprendre des plus jeunes n’était pas toujours chose aisée, heureusement que les plus grands étaient là pour nous sauver !

Beaucoup de moines souffrent de problèmes dentaires, et les plus jeunes de légères infections sur les mains et la tête. Dans les prochains jours et suite à notre dépistage, une équipe de médecins et de dentistes va venir traiter les moines concernés.

img_1942 img_1940 img_1938 img_1937 img_1932

Là haut, dans la montagne

Bonjour tout le monde !

Actuellement, nous sommes de nouveau au monastère, à Katmandou. Par rapport aux inondations qui ont durement frappé la région, toute l’équipe Hap’Himalaya est au complet et en bonne santé.

Nous avons passé 10 jours à la montagne à aider dans un petit village : Rajbaj. Là-bas, nous avons participé à la construction d’une Gumpa (petit temple) ainsi qu’au travail dans les rizières. Ces jours ont été pour nous l’occasion d’en apprendre énormément sur les villageois et de leur façon de vivre, et je pense qu’aucun remerciement ne sera assez grand pour témoigner de l’hospitalité avec laquelle nous avons été accueillis.

À très vite !

img_1717 img_1725 13934754_489649617905912_4544427636551603768_n img_1740 13895076_489649764572564_8675006864257185523_n

 

La vie au monastère

img_1228img_1255Namasté tout le monde !!
Cela fait maintenant trois jours que nous sommes arrivés à l’école monastique de Phuntsok Tcheuling à Katmandou. Nous sommes tous très occupés par le travail au monastère !!!(comme en témoigne la fréquence des publications sur cette page …)

La journée commence officiellement à 8h. Officieusement à partir de 5h, car c’est l’heure de la charmante prière que nous apprécions tous les matins.
Deux fois par jour, lors de nos permanences à l’infirmerie, nous nous occupons de soigner les diverses infections des jeunes Gelek (moine en Népalais) de l’école.
Grâce à vous, nous avons aussi pu leur fournir les traitements antibiotiques nécessaires.
Nous aidons également limg_1240es plus jeunes dans leur toilette quotidienne.
L’après-midi, nous dispensons des cours d’anglais, très utiles pour les plus jeunes et quand même aussi pour les plus grands (même si certains parlent la langue mieux que nous).
Le soir nous aidons à la préparation du diner et du thé pour tous les moines.

Le très chaleureux accueil des moines, l’estime et l’attention qu’ils nous portent, nous touchent du fond du coeur.

Merci encore à tous nos donateurs, sans qui cet incroyable projet n’aurait jamais pu voir le jour.

img_1256